2005

Lauréats

Catégorie Une basket : Disparition programmée, Roland Smith, Flammarion (Tribal)
Catégorie Deux baskets : Star-crossed lovers, Mikaël Ollivier, Thierry Magnier

Disparition programmée, Roland Smith, Flammarion (Tribal)

 

La famille Osborne est réveillée en sursaut la nuit du 24 juillet. Le père de Jack vient d’être arrêté pour trafic de drogue et le patron du cartel menace à présent ses proches pour l’empêcher de parler. Les Osborne n’ont d’autres choix que de se soumettre au « Dispositif de Protection des Témoins ». Une autre ville, d’autres amis, un autre nom s’offrent maintenant à Jack et à sa famille.

Un très bon roman policier à l’angle d’attaque original et qui séduit aussi par l’authenticité de ses personnages !

Dans les larmes de Gaïa, Nathalie Le Gendre, Mango Jeunesse

 

Après la mort de son père avec qui elle vivait jusque-là, Natanae est obligée d’aller habiter chez Nevya, sa mère et Ramo, son beau-père, dans le quartier des pêcheurs. Dès son arrivée, l’adolescente est mise à contribution : elle doit immédiatement s’occuper de Thynie, sa demi-sour d’à peine deux ans que sa mère n’hésite pas à brutaliser malgré son jeune âge.

Une ouvre percutante qui montre la richesse des ressources humaines dans un univers bien différent du nôtre !

Durango, Gilles Fontaine, Nathan (Comète)

 

Durango est un endroit isolé où les visiteurs ne sont pas nécessairement les bienvenus ! Un jour d’été, un homme d’une cinquantaine d’années arrive sur la place du village ; il y est accueilli par Mars et Gordo qui l’installent dans une maison abandonnée sur la falaise. L’homme s’appelle Laïos et possède un extraordinaire don : il est capable de dire l’avenir.

Un texte d’une grande finesse et foisonnant d’idées qui, jusqu’au bout, ménage le suspense !

Le garçon qui aimait les bébés, Rachel Hausfater-Douïeb, Thierry Magnier

 

Depuis qu’il est en maternelle, Martin Engel est passionné par les bébés : rien d’étonnant, dès lors, qu’il choisisse, lorsqu’il se trouve en 3e, une crèche pour effectuer son stage obligatoire en entreprise. Les sarcasmes de son entourage n’y font rien : l’adolescent aime s’occuper des nourrissons. Un point, c’est tout.

Une ouvre étonnante et d’une densité exceptionnelle, parlant de la vie avec des mots qui sonnent juste !

Salle des pas perdus, Julia Billet, Ecole des loisirs (Medium)

 

Depuis trois ans, la vieille dort chaque nuit dans la salle des pas perdus de la gare de Lyon. Dans un coin qui, d’une certaine manière, lui est réservé par les autres sans-abri. Un soir, elle tombe sur une gamine assise sur un banc. La jeune fille l’intrigue et quand, soudain, elle se lève, la vieille se met à la suivre.

Un roman sur les « riens », qui dit « tout » ou presque sur les petites et grandes vies des hommes et des femmes de notre temps !

Maboul à zéro, Jean-Paul Nozière, Gallimard (Scripto)

 

A 14 ans, Aïcha s’apprête à passer son bac littéraire. Grâce aux cours par correspondance qu’elle suit dans le plus grand secret. La jeune fille est surdouée mais elle ne supporte pas les contraintes du système scolaire : traumatisée dans son enfance par les bombes du GIA algérien, elle est, en effet, sujette à de fréquentes crises d’épilepsie.

Un texte riche de thématiques variées et de personnages haut en couleurs qui, sous la plume habile de l’auteur français, prennent littéralement vie !

Star-crossed lovers, Mikaël Ollivier, Thierry Magnier

 

A première vue, rien n’aurait dû rapprocher Clara et Guillaume. Clara Tregali, 17 ans, qui redouble sa seconde et François-Guillaume Fouconnier, 16 ans, déjà en première. La fille du délégué syndical et le fils du patron. Et, pourtant, les deux adolescents, qui ignorent leurs différences sociales, vont tomber éperdument amoureux.

Un chef-d’ouvre de modernité qui, bien au-delà des apparences, tord vraiment le cou aux stéréotypes ambiants !

Les larmes de l’assassin, Anne-Laure Bondoux, Bayard Jeunesse (Millezime)

 

Alors qu’il vit tranquillement avec ses parents dans une ferme isolée au fin fond du Chili, Paolo Poloverdo voit arriver un jour un homme à l’air méchant. Cet inconnu, c’est Angel Allegria. Un truand, un escroc, un assassin. D’un double coup de couteau, l’assassin se débarrasse des Poloverdo. Il ne reste que Paolo qu’il va très vite adopter.

Un roman bouleversant, à la puissance d’évocation rare, remarquablement servi par une plume riche et variée !

Bonne nuit, Sucre d’orge, Heidi Hassenmüller, Seuil

 

Dans l’Allemagne de 1947, Gaby ne doute pas. Malgré la guerre, l’effroi, les bombes et la mort de son père, tombé au front, elle ne doute pas. Son grand frère et sa mère veillent sur elle. Malheureusement, un jour, Anton Malsch tambourine à leur porte. Et il s’installe dans la maison, dans sa maison. Il devient  » oncle Anton  » et pour Gaby, les souffrances commencent.

Un roman bouleversant qui parle au cour avec des mots-couteaux et des phrases-blessures !

Les yeux de Rose Andersen, Xavier-Laurent Petit,Ecole des loisirs (Medium)

 

Gamine, Adriana se rend souvent avec son grand-père sur le plateau qui surplombe Santa Arena. De là-haut, ils voient les USA et font ensemble des rêves dorés. Deux ans après la mort de son aïeul, elle quitte Santa Arena avec sa famille pour se rendre à Tijuales où son père espère, pour les siens, une vie meilleure. Mais ses espoirs sont vite réduits à néant.

Un grand roman au rythme haletant et à l’écriture déliée. Un texte qui fait mouche, sans excès !

Il rêvait de faire le cirque, Christophe Renault, Petit-à-Petit

 

Léo-Paul Beauregard est professeur de latin dans un collège privé catholique. Un vendredi après-midi, il prend en otage ses huit élèves : les deux Charles, Rémi, Yvan, Jean-Marie, Marinette, Julie ainsi que Philippe Bauzeau, le narrateur ! Armé d’un flingue, l’enseignant les empêche, en effet, de rentrer chez eux.

Un excellent roman psychologique, criant de vérité, et qui brille par un humour diablement décapant !

Tombé du camion, Xavier Deutsch, Labor (Espace Nord)

 

Tom a presque 16 ans quand débute le récit. Ses parents sont divorcés et c’est chez Anne, sa mère, qu’il vit la plupart du temps avec Thibaut, son frère. Aux environs de la Toussaint, il part en voyage avec son père et son frangin. Quelques jours après son retour, c’est son anniversaire : à cette occasion, il apprend qu’il va devoir se faire « empuceler ».

Un très grand roman où rien n’est laissé au hasard et où tout se tient, juste ce qu’il faut, pas plus, pas moins, juste ce qu’il faut !

© 2019 Prix Farniente