2009

Lauréats

Catégorie Une basket : Be safe, Xavier-Laurent Petit, Medium
Catégorie Deux baskets : No et moi, Delphine de Vigan, JC Lattès

Be safe, Xavier-Laurent Petit, Medium

Depuis qu’il a quitté le Lycée, Jeremy O’Neil passe ses journées à glander et à jouer de la musique avec Oskar, son frère cadet. Un jour, cependant, alors qu’il se trouve sur le parking de son supermarché, il est abordé par deux sergents recruteurs de l’armée américaine. En quelques minutes, il décide de s’engager pour quatre ans afin, pense-t-il, d’apprendre le métier de constructeur de ponts…
Un texte grand et fort, où Xavier-Laurent Petit met tout son talent au service de personnages d’une grande profondeur. Une histoire de guerre qui ne laissera personne indifférent !

Dérapages, David Hill, Flammarion

Alors qu’il vient d’obtenir son permis probatoire depuis deux semaines seulement et qu’il ne peut théoriquement transporter de passagers, Ryan prend, néanmoins, dans son véhicule Ash et Vince, ses deux meilleurs copains. Malheureusement, dans un moment de distraction, il écrase Tara, une jeune fille qui traversait dans un passage pour piétons. L’adolescente est gravement blessée. Désormais, plus rien ne sera jamais pareil, ni pour elle ni pour lui…
Une œuvre construite autour de thématiques fortes mais écrite dans un style qui coule de source. Un livre d’exception qui touche au cœur, où le pardon s’offre à celui qui a tant fait souffrir !

Calamity Jane avait deux filles, Alice de Poncheville, Medium

Elisa, 12 ans, et Rose, 17 ans, vivent avec Eric, leur père, qui tient un kiosque à journaux. Tandis que la première assiste avec admiration et envie aux entraînements de boxe d’un garçon de son âge, la seconde s’enflamme pour Fabrice, qui est serveur dans un café proche de son lycée. Eric, quant à lui, s’intéresse de près à une mystérieuse et séduisante jeune femme…
Un très bon roman à l’intrigue rebondissante, où les relations père / filles tiennent le haut du pavé. Un texte vraiment touchant, magnifiquement porté par un trio de héros à la personnalité forte !

Rouge métro, Claudine Galea, Le Rouergue

Cerise a 15 ans. Un soir de juin, elle revient en métro de chez son amie Clara. Elle aime ce moyen de transport : observer les gens et les écouter parler de leurs histoires s’apparente pour elle à une sorte de refuge, de doux abandon. Mais ces actes ne sont pas dénués de danger : Cerise sera, en effet, la seule à percevoir le désespoir et la folie d’un SDF dont la litanie n’intéresse plus personne. Elle verra donc poindre, bien avant les autres, la tragédie qui est en train de se nouer dans le compartiment où elle se trouve…
Un texte bref mais puissant, où le lecteur découvre, sous une plume talentueuse, les confidences bouleversantes d’une ado, témoin impuissant d’un massacre !

Les guetteurs d’Azulis, Eric Boisset, Magnard

Abel Dos Santos, un garçon d’origine portugaise, vit à Curienne avec Matia, sa mère et Drak, un corbeau apprivoisé qui fait peur aux habitants du village. Un soir, il entend une terrible explosion du côté de la chapelle Saint-Michel. Pris de curiosité, il décide de se rendre immédiatement sur place mais à quelques centaines de mètres du crash, il est refoulé par des militaires particulièrement agressifs. Plus grave, le lendemain quand il consulte les journaux, il ne trouve nulle part mention de ce qui s’est passé la veille…
Un vrai petit bijou qu’Eric Boisset a ciselé avec toute la force qu’on lui connaît ! Un texte où chaque fil trouve sa place dans un édifice littéraire justement équilibré !

Fille des crocodiles, Marie-Florence Ehret, Thierry Magnier

A la mort de son mari, Mâ a dû quitter la belle ville d’Abidjan en Côte-d’Ivoire. Accompagnée de ses enfants, elle est rentrée à Nanou, son village perdu en pleine brousse. C’est là que Delphine, sa fille, a donné naissance à Bintou et Fanta avant de partir gagner sa vie en France. A 11 ans, Fanta souhaite se faire exciser comme le veut la coutume mais sa grand-mère s’oppose farouchement à ce rituel interdit par la loi du Burkina Faso…
Une œuvre magistrale sur la culture africaine et les relations intergénérationnelles, qui offre à chaque lecteur un profond message à méditer. Une histoire qui émeut à chaque instant !

Avaler tout cru, Marita De Sterck, Le Rouergue

Mars 2003. Alors que ses parents et sa sœur partent en vacances à Barcelone, Joppe est commis à la surveillance de Tist, son arrière-grand-père, qui a presque 100 ans. Partageant son temps entre la préparation d’une manifestation pacifiste et le chevet du vieillard, il découvre peu à peu la vie mouvementée d’un homme qui a connu les deux conflits mondiaux et raconté à son entourage, pendant des dizaines d’années, de terribles histoires…
Un tout grand roman où tout se tient, magnifiquement, sans la moindre faiblesse. Une histoire difficile mais profonde, qui s’offre à nous en toute vérité. C’est beau, c’est grand et on y croit pleinement !

No et moi, Delphine de Vigan, JC Lattès

En seconde à 13 ans à peine, Lou Bertignac est ce qu’on appelle une élève surdouée. Surdouée mais peu sûre d’elle. Dès lors, elle tente d’échapper à l’exposé oral qu’elle doit effectuer pour le cours de français. Mais, bien évidemment, son professeur n’oublie pas de lui demander son sujet : elle décide de parler des sans-abri et de s’appuyer sur le témoignage de No, une jeune SDF qu’elle accueille chez elle…
Un fort bon roman sur les relations humaines où deux jeunes filles apprennent à s’apprivoiser au fil des jours. Un texte de qualité que les lecteurs apprécieront à sa juste valeur !

La grande môme, Jérôme Leroy, Syros

Alors qu’elle n’est élève au lycée Corneille que depuis quelques jours, Emilie Dambricourt se fait exclure du cours d’éducation physique parce qu’elle refuse de courir. Rejointe dans les vestiaires par Jean-Sébastien Reydet de Doudeauville, un élève de sa classe, elle décide de faire le mur. Au cours de leur escapade, les deux adolescents s’embrassent et apprennent un peu à s’apprivoiser. Se libérant peu à peu, Emilie commence à dévoiler à Jean-Sébastien son lourd passé…
Un superbe roman noir au cœur duquel la lutte terroriste armée tient largement le haut du pavé. Une histoire d’aujourd’hui qui surprend par sa vigueur et son authenticité. Une grande histoire, tout simplement !

Nous sommes tous tellement désolés, Jean-Paul Nozière, Thierry Magnier

Suite au décès de sa mère Liliana, Vassile Iliescu, 18 ans et quelques mois, reçoit en héritage une vieille bicoque située à Blot, tout près de la propriété viticole de Charles Mitru, l’ex-patron et amant de Liliana. Pour le jeune homme qui est sans domicile fixe et sans travail, l’occasion est belle de s’installer quelque part. Mais, arrivé sur place, il découvre que les habitants ne voient vraiment pas d’un bon oeil son arrivée dans leur village…
Un texte d’une grande richesse et d’une belle profondeur. Une œuvre à l’écriture efficace et juste qui donne à la lecture une fort belle vivacité !

La théorie de la relativité, Barbara Haworth-Attard, Thierry Magnier

Dylan n’arrive pas à y croire ! Sa mère l’a mis dehors, sans raison ! Il est vert de rage ! Dès lors, il va essayer tant bien que mal de survivre, en comptant sur la pitié et la générosité des gens : il se met à mendier aux endroits stratégiques (comme sur les marches d’une église ou près des bureaux de fonctionnaires). Mais vivre dans la rue quand on a 16 ans, ce n’est pas vraiment une partie de plaisir ! Dylan devra résister aux tentations, à l’argent « facile », qui risqueraient de l’engluer à jamais dans l’enfer de la prostitution et de la drogue… Mais auprès de qui trouvera-t-il de l’aide ?
Un excellent roman, qui met en scène des personnages aux vécus terribles et qui ose aborder, sans complaisance, l’univers des sans-abri !

La gazelle, Hubert Ben Kemoun, Flammarion

A 17 ans, Valérie participe, pour la première fois, au marathon des championnats du monde d’athlétisme. Dans les rues de Buenos Aires où la compétition se déroule, la jeune athlète fait pratiquement la course en tête dès les premiers kilomètres, laissant loin derrière elle Elodie, sa rivale française. Mieux même, en pratiquant un « mental training » permanent, son corps parvient à tenir le rythme effréné qu’elle lui impose…
Un grand sprint littéraire où le lecteur suit, en direct, foulée après foulée, dépassement après dépassement, l’irrésistible envolée de l’héroïne !

© 2019 Prix Farniente